Comment créer une mare

Informations tirées du site de la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN).

Quel type de mare ?

La taille, la forme et la profondeur de la mare seront à envisager en fonction de l’emplacement choisi, du fonctionnement hydrologique attendu et de vos choix esthétiques ! Les formes courbes, sinueuses, avec berges irrégulières et profondeurs variées sont à privilégier. Plus le linéaire de rive est long et complexe, plus l’interface eau-terre sera riche.  Des plages en pentes douces (<5% soit 5 cm de dénivelé par mètre) de 2 à 5 mètres (si possible), ou des banquettes ou paliers successifs avec une faible profondeur d’eau auront comme avantage de permettre à une flore diversifiée et particulière de s’y développer, à de nombreux animaux d’en profiter : place de parade pour les tritons, lieu de pontes pour de nombreux amphibiens*, abreuvoir pour les oiseaux, etc. Avoir au maximum un quart de la surface de la mare de faible profondeur est un bon choix. Les pentes douces offrent un habitat de transition, et il est nettement préférable d’avoir au moins une partie de la berge en pente douce pour éviter un effet de piège pour certains animaux. Il est possible d’envisager l’empierrement d’un accès à l’eau.

Quelle profondeur ?

Idéalement une profondeur d’eau de 80 à 120 cm est à rechercher dans la zone la plus profonde : une telle profondeur permet d’avoir une mare moins sensible aux variations de température et d’oxygène ainsi qu’au risque de recouvrement total par la végétation.

A quel moment lancer les travaux ?

Les travaux de création sont à mener de préférence durant la période la plus froide et sèche de l’année. Un sol gelé sera moins tassé par les engins de chantier et la faune sera moins dérangée. Mais si le travail se fait à la main (à la pelle), un sol gelé ou un sol très sec sera trop dur à creuser. À défaut, travailler après fin août jusqu’à fin octobre suivant les régions, avant les périodes plus humides durant lesquelles la mare pourra se remplir naturellement.

Commencer le chantier : quelques précautions à prendre

Compacter le fond de la mare avec les outils, le godet de la pelleteuse, vos pieds (et ceux de vos amis qui viendront vous aider !) et enlever les gros cailloux qui apparaissent. Cette étape est souvent plus importante qu’il n’y parait pour assurer une bonne retenue de l’eau.

Définir la zone à niveler et aplanir avant de commencer le chantier. La première couche superficielle est la plus riche en humus et contient de nombreuses graines : elle pourra être utilisée pour les aménagements autour de la mare. Bien travailler la forme. La terre extraite peut servir à renforcer les berges, à créer un petit talus drainant l’eau de ruissellement vers la mare…

Dans le cas d’un sol trop drainant, une imperméabilisation doit être envisagée, sauf dans le cas de mares alimentées par des eaux souterraines.

L’utilisation d’argile disposée au fond de la mare sur au moins 30 cm d’épaisseur et bien tassée (ou projetée) est une solution classique assez naturelle, mais souvent incertaine (compactage difficile, résultats souvent décevants). L’utilisation d’argile commercialisée (bentonite) est une option également, que ce soit en vrac ou en matelas géocomposite. Il est cependant également souvent difficile d’avoir une étanchéité satisfaisante, en particulier sur les sols très sableux. Et l’opération est coûteuse. Il reste alors la solution de la bâche.

Poser une bâche : comment faire ?

Le matériau à privilégier est l’EPDM, souple et assez solide, qui ne relargue pas de substances toxiques et a une durée de vie intéressante, surtout si elle est bien recouverte et non exposée au soleil. Son épaisseur minimale sera de 2 mm.  Ne pas utiliser de PVC, de rouleau bitumé, d’enduit, de colles et tous autres produits susceptibles de relarguer des substances nocives, ou vieillissant mal. Les bâches plus fines risquent de se déchirer ou se percer.

Poser successivement un lit de sable, une géomembrane protectrice, la bâche.
Si c’est le bassin entier qui est à bâcher, les dimensions de bâche à prévoir sont celles de la surface de la mare, majorée de deux fois la profondeur pour chaque côté à laquelle on rajoutera quelques dizaines de centimètres de marge. Les bords de la bâche sont à enfouir par exemple dans une tranchée. Attention, ce n’est qu’une fois la mare remplie que la bâche se positionnera naturellement dans sa position définitive. Évitez par conséquent de couper les marges de la bâche ou de les arrimer avant que le tout ne soit stabilisé. Soyez patient !

Règlementation

Si la mare fait moins de 1000m² et moins de 2 mètres de profondeur, il n’y a pas de déclaration ou demande d’autorisation à faire (ce qui ne dispense pas de vérifier la compatibilité avec les documents d’urbanisme en mairie). Cependant, pour une surface supérieure à 100m² et une profondeur de plus de 2 mètres, une demande d’autorisation en mairie est nécessaire. Pour les mares de plus de 1000 m², une déclaration ou une demande d’autorisation au titre de la loi sur l’eau auprès de la police de l’eau est nécessaire (décret 2006-881 du 17 juillet 2006).

Selon les règlements sanitaires départementaux, il est interdit de créer une mare :

  • A moins de 50 mètres d’une habitation, d’une zone de loisirs ou d’établissement recevant du public (sauf camping à la ferme),
  • A moins de 35 mètres de points d’eau (sources, forages, puits, aqueducs, stockages sous terrain ou semi-enterrés)
  • A moins de 35 mètres des cours d’eau ayant un lit mineur d’une largeur d’au moins 7,5 mètres et à moins de 10 mètres dans les autres cours d’eau.