Inventorier et/ou créer une mare dans le jardin

Claire Fauvet et Christian Drevet, de l’association Bièvre Liers Environnement, ont animé une causerie samedi 2 décembre 2023, consacrée à l’inventaire et à la création de mares.

Facteurs essentiels de la biodiversité, les mares existent déjà par dizaines sur notre territoire. Mais pour qu’elles jouent pleinement leur rôle de protection et de développement des amphibiens, elles doivent être distantes de 500 mètres au maximum les unes des autres. C’est la condition pour le déplacement des amphibiens et ainsi assurer leur reproduction et leur diversité.

A quoi ça sert les amphibiens ?

Les amphibiens ont une place importante dans la chaîne alimentaire.
Leur sensibilité aux perturbations environnementales en fait de très bons indicateurs de l’état d’un écosystème.
16 espèces d’amphibiens, urodèles (avec queue : tritons et salamandres) et anoures (sans queue : grenouilles et crapauds) confondus, sont susceptibles d’être présentes en Isère.
Ces espèces sont toutes protégées selon l’arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection (Légifrance, 2021).

Un inventaire sur la plaine de Bièvre

De janvier à juillet 2023, une stagiaire en Master II écologie et biodiversité a réalisé, avec l’appui des bénévoles, des techniciens du CEN et de FNE, un inventaire des mares. Elle a repéré par photointerprétation plus de 800 mares dans les communes de la plaine.
Il a fallu limité le travail de terrain à 8 communes : Bévenais, Izeaux, Sillans, La Frette, Saint-Etienne de St Geoirs, Saint-Hilaire de la Côte, Brezins et La Côte St-André. 115 mares ont été vérifiées et « notées ».
L’inventaire va se poursuivre grâce au travail de bénévoles (et peut-être de vous ?) sur les autres communes de la plaine.
Informations tirées du site de Bièvre Liers Environnement.

Création de mares

L’inventaire a permis de déterminer les endroits les plus judicieux pour créer de nouvelles mares. BLE et ses partenaires ont choisi de se concentrer pour le moment sur les coteaux de La Frette, St Hilaire et Gillonnay.
Ces nouveaux points d’eau permettront de connecter des mares isolées ou de petits groupes de mares à des réseaux plus gros (dits réseaux fonctionnels). L’objectif est de renforcer les populations d’amphibiens tout en évitant de les diriger vers les routes ou l’axe de Bièvre où ils se feraient écrasés !
Les mares seront créées en partenariat avec la LPO et son expérience en la matière.

Vous pouvez aussi créer une mare dans votre jardin. Cliquez ici.

https://www.bievre-liers-environnement.fr/wp-content/uploads/2023/07/Carte_mares_reperage_photo_interpretation-1024×724.jpeg
https://www.bievre-liers-environnement.fr/wp-content/uploads/2023/07/Inventaire_mares_connexions-1024×666.png

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *