La naturopathie kesako ?

Samedi 27 janvier 2024, au Kafékifé, dans sa causerie sur la naturopathie, Aurélie Maljournal, naturopathe et réflexologue, a brossé un panorama complet de cette pratique dont le but est de consolider la santé et de prévenir la maladie. 

Première chose importante, le naturopathe ne soigne pas. Il établit un bilan très exhaustif des antécédents de la personne qui vient le consulter afin de l’orienter vers une nutrition saine et équilibrée. Ainsi, il donne avant tout des conseils sur les habitudes de vie permettant le maintien de l’équilibre ou le retour à l’équilibre. C’est l’alpha et l’oméga de la santé !

A sa disposition, le praticien a également différentes thérapies : phytothérapie (infusions, décoctions, huiles essentielles, compléments alimentaires…), gemmothéraphie (utilisation des bourgeons), produits de l’apiculture, aromathérapie (utilisation des huiles essentielles et hydrolats),  mais aussi, techniques de gestion du stress et des émotions, massages, réflexologie et d’autres disciplines pour lesquels le naturopathe suit des formations spécifiques. 

Le premier précepte de la pratique selon Aurélie est de « ne pas nuire », d’intervenir très prudemment et de s’appuyer au besoin sur les diagnostics des médecins traitants.

La naturopathie est l’ancêtre de la médecine même si aujourd’hui elle n’est pas reconnue comme telle en France. Mais de nombreux endroits dans le monde  à l’image de la Chine et de l’Inde, mettent toujours l’accent sur la prévention pour éviter d’avoir à guérir des pathologies lourdes. Ces pratiques anciennes reconnaissent notamment les émotions et les flux énergétiques comme les piliers de la santé mais qui, en cas de dérèglement, peuvent aussi engendrer des maladies.